Théâtres (in)connus de la Tétralogie de Castorf

Au fond du Rhin, Sur les cimes des montagnes, Dans les tréfonds des puits de mines, Au sommet des falaises, Dans des contrées sauvages — ce ne sont là que quelques exemples de ces lieux mystiques mentionnés par Richard Wagner dans les didascalies de sa Tétralogie. Frank Castorf, dans son interprétation de l’œuvre, sélectionne des lieux bien connus du public, quoique dans d’autres contextes, mais qui laissent bien des questions sans réponse quant à leur raison d’être. On retrouve ainsi, en guise de décors, la Route 66, des champs pétrolifères sur les bords de la Caspienne, le Mont Rushmore, l’Alexanderplatz à Berlin ou encore le combinat chimique « Plastiques et Elastiques de Schkopau ». Le thème sous-jacent, chez Castorf, c’est le pétrole, ouverture à l’histoire du XXe siècle, dans son interprétation de la Tétralogie.

Patric Seibert, dans son introduction à l’œuvre, parle d’un « monde en fragmentation », à la manière de la navigation sur l’internet ou de l’usage de la télévision ; il explique pourquoi l’histoire, et, en conséquence, cette Tétralogie par Castorf, ne saurait être pensée sur un mode linéaire : « les informations, rapidement générées et collectées, ne peuvent pratiquement plus être associées à un contexte global, et ces bribes ne font que donner le sentiment d’un tout ».

C’est dans ce « tout » que nous vous proposons d’oser plonger en examinant quelques-uns de ces théâtres choisis par Frank Castorf dans sa mise en scène…